GrayFox

Description:

Humain, Ninja, Neutre neutre

Bio:

Né le 11 septembre 463. Je m’appelle Edmond Blackrose. Mon histoire commence il y a approximativement 35 ans, dans la ville de Oakridge (un village en banlieue de Dalansvale) où vit une famille de 10 enfants, dont je suis le neuvième. Je ne me suis jamais bien entendu avec mes frères et sœurs. Cela n’était pas dû à un sentiment de haine, mais plutôt un sentiment de distance. Ils auraient pu être de parfaits étrangers que je n’aurais pas agit différemment avec eux. Un bonjour poli accompagné d’un sourire pincé était, la plupart du temps, les seules interactions que j’avais avec eux. La seule exception était ma petite sœur Liliana. Mon père l’avait trouvée dans une petite forêt voisine alors que je n’avais que 9 ans. Puisqu’elle ne connaissait pas son nom, ma mère l’a nommée Liliana, car lorsque mon père l’a trouvé elle mangeait des fleurs de lys. Elle était ma seule amie et la seule personne avec qui je passais le plus clair de mon temps.

Famille : Blackrose
Père : Maximilien
Mère : Nadaelle
Frères et Sœurs (dans l’ordre // gras : gars – italique : fille) : Xeomino Taronia Dristan Gahin Yérali Émesielle Caius Olivia Edmond Liliana Brightsnow (un nom de famille comportant snow est souvent donné à un enfant bâtard, orphelin ou adopté)

Mon enfance fut des plus ordinaires. Une famille ordinaire dans une maison ordinaire, le tout pimenté d’événements ordinaires… Je devais me sauver de cette monotonie suicidaire. Voilà pourquoi, âgé de 16 ans, j’ai abandonné la compagnie de ma petite sœur et me suis attaché à un groupe de voyous du quartier. Nos délits étaient mineurs, certes, mais ils me donnaient une raison d’exister. J’avais quelque chose à gagner, mais surtout quelque chose à perdre…

J’étais particulièrement doué pour trouver des plans. Le plus simple possible avec le moins de répercutions possibles : voilà ma devise. Mon esprit analytique et ma capacité d’adaptation fut ce qui fit ma renommée. Dans les gangs de rues, on m’appelait Ed le sage ou le génie. Puis, de fil en aiguille, quand ma renommée atteignit son apogée, j’étais déjà dans la trentaine et mes cheveux, sel et poivre, mélangés à mon ingéniosité m’ont forgé le surnom de Gray Fox.

Tous ces cambriolages, ces détournements et ces fraudes rapportaient bien leur pesant d’or, mais de l’autre côté de la médaille j’étais plus seul que jamais. Les gangs donnent l’illusion d’une grande famille où tu es aimé et protégé, mais mon meilleur ami aujourd’hui peut être la première personne à me poignarder dans le dos demain. Sans oublier que ma mauvaise réputation a forcée ma famille à me renier.

Nous voici rendu au jour où tout changea. Nous voulions cambrioler un riche philosophe qui avait hérité de la fortune d’une longue dynastie. Alors, nous l’avons fait. Nous étions 8 et nous avions utilisé des explosifs pour ouvrir la porte d’acier. Une fois à l’intérieur, nous sommes tombés face à face avec un homme qui méditait. À ce moment, sous nos propres yeux, il devint invisible et, en quelques secondes, le combat fut terminé. Je n’ai jamais compris pourquoi, à ce moment précis, lorsque je lâchai mes armes et que je dis : yo… il faut que tu m’apprennes à faire ça!… il accepta.

Maître Artium m’enseignât les bases de l’art des ombres et, un jour alors que je pratiquais, il s’avançât vers moi et me dit : tu dois partir. J’obéis à mon maître sans trop comprendre pourquoi. Me voilà dans ce bar, quelques mois plus tard, et je dois partir demain pour me rendre à (où on commence…)

GrayFox

Aux Limites du monde LouisPelchat